Des drones et de l’e-sport à la RV et aux hoverboards

> News - 6 mars 2017

L’époque actuelle est un régal pour les amateurs de high-tech. Un certain nombre de technologies innovantes sont riches en plaisirs, mais se complètent parfaitement pour vous faire atteindre des niveaux de satisfaction supérieurs. Tout geek qui se respecte s’intéressera aux drones, aux jeux, aux hoverboards ou à la réalité virtuelle, voire aux quatre.

Qui s’intéresse aux dernières technologies ne peut passer à côté de la réalité virtuelle ou des drones. Deux innovations de pointe, mais qui, combinées l’une à l’autre, permettent des choses passionnantes. Drones et réalité virtuelle sont des technologies désormais prises très au sérieux. Ainsi, des drones sont utilisés pour inspecter des lignes à haute tension, là où un hélicoptère était autrefois nécessaire. Inutile de dire que ces inspections étaient plus chères et bien plus dangereuses auparavant. Avec un drone, l’ingénieur reste prudemment les deux pieds au sol et vérifie l’état des câbles via les images transmises sur sa tablette ou son ordinateur portable.

De son côté, la réalité virtuelle permet d’évaluer les possibilités qu’offrent les plans d’un architecte sans avoir à monter le moindre mur. Si vous avez déjà construit ou rénové, vous savez qu’il faut parfois prendre des décisions radicales sur base d’un dessin ou d’un modèle. Vous deviez ainsi faire confiance à votre pouvoir d’imagination et espérer que le résultat final soit ressemblant. Imaginez que vous puissiez enfiler des lunettes de réalité virtuelle et vous promener à travers le concept tel qu’imaginé par l’architecte. Il y a des chances que vous déterminiez plus vite ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

La réalité virtuelle prend aussi toute son importance dans la construction d’immeubles de bureaux ou industriels. Si vous êtes responsable IT d’une entreprise, la réalité virtuelle vous permettra de déterminer avec précision le parcours du réseau dans un nouveau bâtiment et où il est préférable d’installer des imprimantes. 

De nouveaux horizons en photo

Vous découvrirez dans les prochaines pages que drones et réalité virtuelle interviennent dans des domaines très sérieux. Les drones ont également un impact important chez les photographes et les réalisateurs. Plus question de regarder un programme TV où certaines scènes ne sont pas filmées en hauteur. Pareil pour les programmes de télé-réalité, pourtant tenus à des budgets limités, où les drones s’invitent à tout bout de champ. Rien d’étonnant puisque si certains drones professionnels coûtent des milliers d’euros, il existe des modèles plus abordables, équipés de caméras, aux résultats surprenants. À tel point que même en tant qu’amateur, vous créerez de beaux clichés et de superbes vidéos avec des appareils qui ne coûtent pas une fortune. 

Le jeu génère du business

Qu’en est-il des jeux ? Une tendance émerge selon laquelle les nouvelles technologies seraient une extension naturelle des jeux (et en particulier la réalité virtuelle) et donc de moindre importance. Mais c’est une vision un peu courte, et ce, pour deux raisons. La première est qu’il s’agit de divertissement, voire d’amusement. Pourtant, tout ne doit pas être ‘travail’. En outre, cela fait longtemps que le jeu n’est plus une activité de niche pour adolescent. Vous ne nous croyez pas ? Et si l’on vous disait que l’industrie du jeu a représenté, en 2016, 1,81 billion de dollars ? Oui, vous avez bien lu : des billions, pas des millions ou des milliards. Cette valeur vient du fait que les principaux jeux sont aujourd’hui abordés professionnellement et qu’un titre peut occuper autant de gens qu’un film à Hollywood.

En termes de technologie, les techniques utilisées sont sophistiquées et coûteuses. Pensez au motion capturing. Le jeu, c’est donc du business, et comme toute industrie, celle du jeu est en quête de nouvelles opportunités. Celles-ci se trouvent, entre autres, dans la réalité virtuelle. 

Jouer, c’est du sport

Le côté sérieux des jeux se démontre par le phénomène de l’e-sport. Ce n’est pas une nouveauté. Voici plus de quinze ans que l’on peut voir des tournois être organisés en marge des grands salons. Cela peut être surprenant pour les hommes d’affaires en costume trois-pièces lorsqu’ils entrent dans des arènes où des joueurs entraînés se déchaînent devant des centaines de personnes venues encourager leur équipe. Entre-temps, l’e-sport s’est forgé sa propre place, avec des championnats qui offrent parfois des prix impressionnants. ‘The International’, par exemple, est un tournoi annuel qui récompense les deux meilleurs joueurs de leur catégorie. Pour sa sixième édition, l’an dernier, les prix représentaient 21 millions de dollars. Les gagnants ? L’équipe chinoise Wings Gaming (selon le jeu, l’e-sport couvre des sports d’équipe), un groupe de cinq e-athlètes qui sont rentrés chez eux avec neuf millions de dollars. Certes, c’est un montant à ce point élevé qu’il est apparu dans le Guiness Book des Records, mais d’autres tournois présentent déjà des récompenses tout aussi attrayantes.

Les finales regroupent énormément de gens, entre autres via des canaux comme Twitch.tv et même ESPN, le principal diffuseur de sports au monde. L’année passée, en octobre, la finale de la League of Legends World Championship a été suivie par 43 millions de spectateurs. 

Les transports changent

Au début de cette année, la rédaction de Mediazine a visité le salon CES de Las Vegas. Traditionnellement, les fabricants de TV et d’audio y présentent leurs nouveautés. C’est leur show. Mais cette année fut celle de quelques faits saillants. Une grande attention était ainsi portée sur les nouveaux moyens de transport, allant des hoverboards intelligents aux voitures autonomes. Certes, le CES n’est pas un salon de l’auto, mais il est clair que nos moyens de transport doivent changer et nécessitent une nouvelle approche. Et les réponses – technologiques – nécessaires à ce changement viennent moins de l’industrie automobile que de celle de la high-tech, qui voit les choses sous un angle très différent. Cela nécessitera une métamorphose des mentalités, mais il y a fort à parier que l’avenir représentera une combinaison de maisons intelligentes, de villes intelligentes et de transports électriques qui ne doivent plus forcément posséder quatre roues. Tout le monde a compris qu’il n’était plus possible d’encombrer les villes avec de gros véhicules. Ainsi, la start-up GoGORo, à Taiwan, a lancé un réseau reprenant 200 emplacements où les propriétaires de scooters électriques peuvent changer de batterie en quelques secondes. De quoi résoudre le problème des stations de recharge. Plus besoin de recharger puisque vous échangez une batterie plate contre une pleine. Une fois rechargée, la batterie sera proposée à un autre propriétaire. Taiwan est loin et d’autres solutions devraient émerger à l’avenir, mais des appareils tels que les hoverboards, les monoroues et autres scooters électriques sont bel et bien là. Ils sont tous amusants et intéressants pour les courts trajets. Curieux ? Découvrez-en plus dans ce supplément où nous passons le concept à la loupe.

Votre réaction

Votre réaction a été enregistrée.

Vous avez déjà réagi sur cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroller vers le haut