Les drones partent à la conquête du ciel

> News - 6 mars 2017

Les drones sont devenus une réalité de notre monde. Ces avions sans pilote sont de plus en plus utilisés pour différentes tâches. Ils permettent aussi de se détendre et de s’amuser. Que peuvent-ils faire, concrètement, aujourd’hui ?

L’année dernière, près de quatre millions de drones commerciaux ont été vendus dans le monde. En 2020, on estime que ce chiffre sera de seize millions. Et cela ne concerne que les drones récréatifs. Leur coût baissant et leur technologie s’améliorant, les drones sont utilisés pour de plus en plus de tâches différentes. En voici un aperçu… de haut.

Regardez les nouvelles séries télé, ou le dernier grand film d’Hollywood. Il y a toujours des scènes ayant été filmées au moyen d’un drone. Avant leur avènement, ces images nécessitaient avions ou hélicoptères… Aujourd’hui, tout le monde peut faire des photos ou des vidéos spectaculaires. Un cardan, le système de suspension avec stabilisateur intégré, garantit la stabilité des images. De plus en plus de drones ont une caméra qui peut filmer en ultra haute résolution (4K). Du coup, la terre vue du ciel est on ne peut plus nette.

Des drones pour la police

La police fédérale a décidé de déployer des drones ultramodernes après les accidents de circulation. Ainsi, la route pourra être dégagée plus rapidement et la circulation normale pourra reprendre plus vite. Ces drones retracent les minutes précédant l’accident et ses circonstances. Toutes les données sont automatiquement enregistrées, et le traitement de la plainte et du constat est, de ce fait, beaucoup plus rapide. 

Colis et pizzas

En décembre dernier, la boutique en ligne américaine Amazon a livré son premier colis par drone. Cela s’est produit près de Cambridge, au Royaume-Uni. Le paquet contenait une clé USB de streaming vidéo et un sachet de popcorn. Treize minutes : c’est le temps écoulé entre la commande et la livraison. Amazon s’est déjà lancé dans la construction et les essais de drones qui permettraient d’effectuer de plus longs trajets… Pour l’instant, ceux-ci sont déjà entièrement autonomes et peuvent transporter un peu plus de kilogrammes.

En 2013, la chaîne de pizzas Domino’s a testé le ‘Domicopter’ : un drone permettant de livrer deux grandes pizzas en dix minutes dans un rayon de six kilomètres autour de l’un de ses restaurants. Depuis, on en a plus entendu grand-chose – mis à part des essais prévus aux Pays-Bas et en Nouvelle-Zélande. 

Protéger les animaux

Au Népal, les espèces rares comme les rhinocéros, les éléphants et les tigres sont menacées par les braconniers. Le WWF utilise des drones depuis 2012 pour observer les activités illégales dans l’habitat naturel de ces animaux – afin de pouvoir réagir rapidement en cas de problème. Le WWF compte étendre ces mesures à d’autres pays comme la Namibie, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et le Brésil. 

Agriculture durable

Le centre Inagro de Flandre-Orientale, l’Institut flamand de la recherche agricole ILVO et le centre de formation Noordzee Drones travaillent ensemble pour identifier les parcelles agricoles grâce aux drones. Grâce à l’analyse des sols, les chercheurs calculent exactement la quantité d’engrais nécessaire à chaque endroit. En Wallonie, les producteurs de céréales et de colza peuvent louer un drone depuis 2015 grâce à la coopération de la SCAM.

L’étape suivante ? Utiliser ces engins volants pour répandre avec précision engrais et pesticides. En Allemagne, l’industrie du vin utilise déjà les drones à cet effet. 

La science joue avec le feu

Les drones peuvent aussi accéder à des endroits très dangereux. Les géologues du monde entier les utilisent pour étudier les volcans. Cela nous permet d’obtenir des images uniques des coulées de lave et des éruptions. Sur l’île de Vanuatu, le volcanologue Sam Cossman a envoyé un DJI Phantom dans un profond cratère. Le drone n’a pas survécu au vol, mais les images sont spectaculaires (cherchez sur YouTube ‘Sam Cossman volcano’). 

Courses de drones

Les courses de drones, ou drone racing, sont un sport dans lequel les participants font voler leur engin le plus rapidement possible sur un parcours. Cela nécessite dextérité et précision afin d’éviter les obstacles. Surtout lorsqu’on sait que ces drones peuvent atteindre la vitesse vertigineuse de 100 km/h. La Drone Racing League US fait un carton sur ESPN 2. Des événements plus modestes, mais non moins riches en adrénaline, existent chez nous grâce à Drone-Racing Belgium.

Que dit la loi ?

Vous n’avez pas besoin d’un permis pour l’utilisation récréative d’un drone d’un kilo ou moins. La condition est que vous survoliez une propriété privée et non la voie publique, et pas à plus de 10 mètres de haut. Le tournage est autorisé, tant que vous respectez la vie privée des résidents et des passants. Pour les drones jusqu’à 5 kilogrammes, vous avez besoin d’un certificat de classe 2 – une sorte de licence de pilote pour drones. La formation consiste en une partie théorique et une partie pratique, suivie d’un test pratique. Pour les drones encore plus lourds, vous avez besoin d’un certificat de classe 1a ou 1b. Ce dernier vous permet de voler au-dessus des zones urbaines ou de gens.

Votre réaction

Votre réaction a été enregistrée.

Vous avez déjà réagi sur cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroller vers le haut