Menu
Retour

Aperçu: Les insurgés s’en donnent à cœur joie dans Mortal Kombat 11

18 janvier 2019

Le onzième opus de Mortal Kombat, récemment présenté en grande pompe à Chicago et Londres, est plus brutal, gore et crade que jamais. Dans le même temps, il se joue terriblement bien. Compte-rendu de notre première heure de jeu avec cet incontournable qui arrive le 23 avril en magasin.

Le tout premier Mortal Kombat, apparu simultanément dans les luna-parks et sur consoles en 1992, avait déjà provoqué une controverse infernale, car les joueurs pouvaient y achever leurs adversaires en les décapitant. Dans Mortal Kombat 11, plus d’un quart de siècle plus tard, certains personnages aboutissent à la même fatalité en arrachant peau et chair du visage de leurs ennemis, dévoilant alors muscles, tendons et cerveau avant de manger le tout.

. Tous ceux qui ont déjà joué à ce jeu l’affirment : cette version est encore plus violente, scandaleuse et sombre que jamais. « Oui, c’est sale et sanglant, mais c’est l’essence même de Mortal Kombat » confirme le producteur exécutif du jeu, Erin Piepergerdes. « Mais l’aspect gore de Mortal Kombat 11 n’a pas pour but de choquer le joueur. L’idée est de se montrer caricatural. »

Agréablement prenant

Dans le même temps, la jouabilité du jeu a été améliorée, et ce, jusque dans les moindres détails. Celui qui arrive à bloquer à la perfection un coup de son adversaire pourra immédiatement effectuer le combo fatal en représailles. Les deux joueurs devront aussi tenir compte de deux mètres d’espace de jeu, en bas de l’écran, qu’ils doivent occuper en coups de poing et blocages réussis, qu’il s’agisse de coups d’attaque ou de défense. Une fois ce compteur rempli, le joueur a l’occasion de porter un Fatal Blow, une sorte de bataille spectaculaire en dehors du temps (de jeu), qui pourra mener, en fonction de l’état de santé de l’adversaire à l’obtention d’une victoire.

Travailler votre personnage

Tous les personnages jouables n’ont pas encore été dévoilés, mais on en retrouvait déjà sept lors de la présentation de Mortal Kombat 11. Parmi eux, ce que l’on nommera des célébrités comme Sub-Zero et Scorpion, des ninjas, mais aussi Raiden, maître d’armes, Baraka, monstre brutal ou Sonya Blade, commando féminin interprétée dans Mortal Kombat 11 par Ronda Rousey, une lutteuse américaine et anciennement combattante MMA. Enfin, Scarlet, personnage avide de Sang et déjà présent dans Mortal Kombat 9, est à nouveau dans la distribution au même titre que Geras, un personnage au caractère bien trempé et au crâne nu.

Chaque joueur est donc en mesure de développer son personnage préféré en jouant à Mortal Kombat. Grande nouveauté : vous serez, dans une certaine mesure, capable d’améliorer les performances de votre personnage en améliorant ses armes, en développant des mouvements spéciaux – notamment en choisissant l’un d’entre eux parmi trois propositions avant chaque partie, mais aussi de lui donner un look qui vous correspond plus.

Connaître l’anatomie

Mais nous sommes prêts à mettre notre main à couper que Mortal Kombat 11, après sa sortie, le 23 avril prochain, restera dans les mémoires comme le jeu le plus gore et le plus frénétique. Netherrealm Studios, la société ayant produit le jeu, a développé un système appelé GoreTech. « Chaque partie du corps humain peut y être manipulée » explique Erin Piepergerdes. Du coup, dans Mortal Kombat 11, vous pourrez faire des choses indescriptibles ici avec tout ou partie de l’anatomie de vos ennemis.