Menu
Retour

Avec ‘The Slow Rush’, Tame Impala revient en mode psychédélique

14 février 2020

14 février. Tame Impala a choisi le jour de la Saint-Valentin pour la sortie mondiale de son nouveau disque, ‘The Slow Rush’. Une plongée abrupte dans les profondeurs du temps qui donne envie de ralentir le rythme. La vie est trop belle pour précipiter les choses. Surtout avec des chansons comme celles-ci.

Lente précipitation

The Slow Rush’ peut être traduit par ‘la lente précipitation’. Cela sonne contradictoire, mais le titre du nouvel album de Tame Impala n'aurait pas pu être mieux choisi. Musicalement, il convient parfaitement à cette combinaison unique de mélodies faussement lentes et de rythmes irrésistibles. En même temps, ‘The Slow Rush’ y accouple avec une précision chirurgicale des textes presque tous conçus autour du thème du temps… et à quel point il nous passe trop souvent sous le nez.

Étape 1: construire une réputation scénique

Tame Impala est le projet musical de cet Australien qu'est Kevin Parker. L'homme écrit toutes les chansons, joue la plupart des instruments, se produit lui-même et s'entoure, pour des concerts toujours spectaculaires, d'une bande de chouettes musiciens. La percée est intervenue lors d'une tournée aux États-Unis qui l'a vu jouer dans de petites salles d'environ 200 personnes. Quelques tournées ultérieures ont confirmé Tame Impala comme un groupe qu'il faut avoir vu, entendu ou, mieux encore, expérimenté. Son nom apparaît aujourd'hui tout en haut des affiches des plus grands festivals.

tame impala

Des petites salles au statut de superstar

Le précédent album de Tame Impala, ‘Currents’ (sorti en 2015), lui a valu une deuxième nomination aux Grammys et un accueil enthousiaste dans le monde entier. Le New York Times parlait alors d'un “tour de force”. À propos de la plupart des chansons, Pitchfork a souligné la “confirmation de l'expertise croissante de Parker en tant que chanteur, auteur-compositeur et producteur”. De son côté, NPR a applaudi sa volonté de se réinventer à chaque fois et salué son évolution musicale continue qui font de Tame Impala “un candidat improbable, mais mérité, au statut de superstar”.

Lady Gaga versus Tame Impala

Lors d'une interview en 2018, Parker a lâché qu'il travaillait à un nouvel album. Mais, cette année-là, ses apparitions dans les "charts" se sont limitées à quelques collaborations avec, notamment, Travis Scott, Mark Ronson, Lady Gaga, SZA et le rappeur Theophilus London. Il a finalement fallu attendre l'année dernière pour découvrir un premier extrait de cet album, quand Tame Impala est passé aux États-Unis dans l'émission TV satirique ‘Saturday Night Live’. Cette chanson était intitulée ‘Borderline’ et sonnait comme du Tame Impala vintage. Mais, après cette première diffusion, les fans n'ont plus eu l'occasion de l'entendre pendant très longtemps.

Sans valeur

Parker a par la suite reconnu qu'il avait tardé à se mettre au travail. À l'en croire, et selon ses propres termes, “pour obtenir la motivation requise à la création d'un album, il faut que, d'une certaine manière, je me sente suffisamment inutile pour vouloir à nouveau faire de la musique ”. Une méthode particulière, exprimée avec douceur, mais - et c'est la quatrième fois -, ‘The Slow Rush’ prouve qu'elle fonctionne. ‘Borderline’ n'était pas un vrai single. Pour découvrir ce dernier, il a fallu attendre jusqu'à la fin du mois d'octobre 2019. ‘It Might Be Time’ - et revoilà le thème du temps - a eu cet honneur lorsque Parker a officiellement présenté le nouvel album.

tame impala

Ombre paranoïaque

‘It Might Be Time’ est l'ombre paranoïaque qui mord dans notre talon d'Achille. L'effrayant sentiment que l'on a perdu sa magie et qu'on ne la retrouvera peut-être plus jamais. Le doute sur nous-mêmes qui nous fait accepter que nos meilleurs jours soient derrière nous. Sur le plan musical, c'est à nouveau une pop progressiste à la dynamique mordante. La chanson flotte sur un groove de clavier tenace , accentué par un jeu de batterie enchaîné qui se traduit par un funk sans temps morts. En un mot comme en cent: ‘le Tame Impala nouveau est arrivé’.

tame impala

Pardon posthume

Ce premier single a été suivi assez rapidement par ‘Posthumous Forgiveness’. Une chanson personnelle dans laquelle Parker s'adresse, de façon inhabituelle pour lui, à son père décédé. Un homme qu'il admirait autrefois, mais dont il s'est éloigné après le divorce de ses parents. Une première séparation temporaire suivie du divorce définitif qui déstabilisera son frère et lui, et les marquera pour la vie. Ce n'est pas vraiment Parker qui pardonne à titre posthume. Cela sonne d'abord comme: “You still had time, you had a chance, but you decided to take all of your sorrys to the grave.”

Ta vie, un éclair

‘The Slow Rush’ est l'abrupte plongée de Tame Impala dans les immenses profondeurs du temps. L'album évoque le sentiment d'une vie humaine parcourue comme un éclair. Où les moments les plus importants se déroulent pendant que l'on a les yeux rivés sur son téléphone. Avant la sortie de l'album, Parker a expliqué que “beaucoup de chansons évoquent le temps qui passe, la façon dont la vie semble s'écouler et la façon de profiter ensuite de cette vie de façon plus intense et plus consciente. Je trouve enivrante cette idée du temps qui passe inlassablement”.

Un son venu d'ailleurs

Cet aspect enivrant reste un ingrédient tant des paroles que des sonorités de Tame Impala. Parker est clairement loin d'être au bout de son expérimentation, mais il est tout aussi impressionnant de constater à quel point chaque innovation sonore devient immédiatement reconnaissable comme du Tame Impala. Les douze plages de ‘The Slow Rush’ ont été écrites pour une part à Los Angeles et pour l'autre au studio personnel de Parker dans sa ville natale de Fremantle, en Australie. Non que cela importe, car on dirait que les chansons proviennent de quelque part d'autre dans le système solaire ou plus loin encore.

tame impala

Sur les scènes de festivals et sur votre autoradio

Peu d'artistes font une musique qui transcende des arènes entières ou le public d'un festival et qui, en même temps, peut être appréciée quand on est seul à la maison ou donne l'impression de raccourcir le temps d'un trajet en voiture. La réputation de Tame Impala lors des concerts n'est plus à faire, mais les impressionnants aspects visuels qui en font une expérience presque hallucinante restent secondaires par rapport aux chansons elles-mêmes. ‘The Slow Rush’ comporte de nombreux morceaux qui nous feront attendre avec impatience le prochain passage du groupe. Mais, en attendant, son nouvel album peut déjà se targuer d'occuper une place de choix dans les playlists des anciens et des nouveaux fans.

Examiner le commentaire () Masquer le commentaire ()