Menu
Retour

Rire, se tordre de rire, rugir de plaisir : Les séries TV les plus drôles jamais produites

15 juillet 2020

De L’Hôtel en folie à The Big Bang Theory en passant par Mariés, deux enfants et Friends. L’humour se décline en de multiples goûts et couleurs, aussi sur le ‘petit écran’. Voici les séries TV les plus drôles des années ’70 à nos jours.  

Monty Python’s Flying Circus

Monty Python’s Flying Circus n’est pas seulement la série comique la plus ancienne dans cette liste, elle est aussi d’emblée la plus révolutionnaire. Une kyrielle de sketches absurdes, amenés avec ce sérieux typiquement british par une demi-douzaine de copains qui allaient écrire l’histoire de la TV.

L’Hôtel en folie

John Cleese, l’un de ces génies des Monty Python, n’a eu besoin que de 12 épisodes pour faire de L’Hôtel en folie un phénomène parmi les comédies TV. Lui-même y jouait le rôle du propriétaire névrosé d’un petit hôtel où tout se passerait parfaitement… s’il n’y avait tous ces clients désagréables.

Les Branchés débranchés

Quatre étudiants partagent un appartement. Un jeune homme cool, un punk, un hippie et un snob qui se voit comme anarchiste. Tous les comiques britanniques ou presque des années ’80 ont supplié d’y faire une apparition en tant que guest star. Résolument impertinent, avec un côté amateur et avec le fait que chaque scène est susceptible de partir à tout moment dans tous les sens.

Cheers

Cheers est le nom du bar à Boston dans lequel des millions de téléspectateurs sont descendus chaque semaine pendant onze ans. Pour traîner avec le personnel et les clients habituels. La sitcom qui a prouvé que personne n’a besoin d’un canapé quand il y a un comptoir. Sage, mais hilarante et pleine de personnages inoubliables.

Mariés, deux enfants

L’éternel loser Al Bundy est marié à la narcissique Peggy et père d’un fils méconnu Bud et d’une fille tête de linotte Kelly. Les hyper caricatures ne sont pas neuves dans les sitcoms de banlieue. Si ce n’est que « Mariés, deux enfants » a recherché les limites pour chacune d’entre elles… avant de les dépasser à toute vitesse.

Friends

Si nous devons vous expliquer ce qu’est Friends, c’est que vous n’êtes probablement pas encore en à l’école secondaire. Et encore… Les six amis new-yorkais en ont vécu des drames durant dix saisons, mais avec une plaisanterie par minute, cette sitcom hyper populaire reste avant tout une comédie. Croisons les doigts que cette réunion unique ait au final encore lieu.

The Office

Rien à redire sur l’adaptation américaine avec Steve Carell, mais nous parlerons ici de l’original britannique avec Ricky Gervais. Un mockumentaire hilarant plein d’egos fragiles et de honte au sujet des ambitions et rêves quotidiens d’employés dans un bureau anglais.

How I Met Your Mother

Cette série est un flashback de neuf saisons au sein desquelles un certain Ted raconte à ses enfants comment il a rencontré leur mère. Vous pouvez ensuite vite oublier cela pour vous concentrer sur l’approche comique avec laquelle les six personnages principaux évoluent à travers leur vie romantique, sociale et professionnelle.

The Big Bang Theory

Quatre copains sont de brillants académiciens, mais rayon aptitudes sociales, l’un possède plus de marge de progression que les autres. Bah, il s’agit simplement de quatre super intellos. Une nouvelle jeune voisine extravertie va leur apprendre combien ils connaissent peu de la vie en dehors de leur domaine.

30 Rock

Une série comique qui se déroule dans les coulisses d’une série TV comique. Écrite exceptionnellement de manière épurée et aiguisée, avec une solide dose de blagues politiquement peu correctes et des observations surréalistes de l’industrie du divertissement. Étonnant que cette même industrie ait inondé 30 Rock d’un nombre record de récompenses.

Brooklyn Nine-Nine

Le commissariat du 99e district de la police de New York voit l’arrivée d’un nouveau capitaine. Un personnage autoritaire ultra-correct. Voilà qui nécessite une certaine adaptation des détectives moins disciplinés sous sa direction. De l’humour hilarant, souvent ‘bêtement’ éhonté, coulé dans des scénarios en béton servi à un rythme ‘zygomatiquement’ effréné.

Examiner le commentaire () Masquer le commentaire ()