Menu
Retour

Enceintes intelligentes

26 février 2018

Nous connaissons déjà les téléphones, les montres et les thermostats dits intelligents. Mais saviez-vous qu’il existe aussi des enceintes intelligentes ? Celles-ci font bien plus qu’uniquement diffuser de la musique. Elles entendent vos commandes et vous donnent un coup de pouce dès que possible.

Assistants intelligents

Avant de lever le voile sur ce qui est possible avec une enceinte intelligente, jetons un coup d’œil sur la technologie dont elle est constituée. Grâce au microphone dont elle est équipée, une enceinte intelligente est un accès direct vers un assistant virtuel intelligent. Ces notions vous sont inconnues ? Et si nous vous parlions plutôt de «Siri» ? Cela vous fait penser à l’iPhone, à l’iPad ou à un Mac, car il s’agit de leur célèbre assistant virtuel. Lorsque vous activez Siri, vous pouvez lui poser une question verbale telle que «quel temps fera-t-il demain ?» ou des ordres en disant «Éteins les lumières du salon».

Siri et bien d’autres

Le Siri d’Apple est peut-être l’assistant à l’intelligence artificielle le plus célèbre, mais il n’est pas le seul. Il y en a d’autres et, au cours de années à venir, on peut s’attendre à en voir débarquer de nombreux concurrents. Facebook, par exemple, est en train de développer un collaborateur intelligent qui communiquera via Messenger. Bixby chez Samsung vous répond sur certains smartphones Samsung et bientôt même sur les téléviseurs et les réfrigérateurs Samsung.

Les plus grands concurrents de Siri sont cependant autres. Il y a tout d’abord l’Assistant Google. Il a peut-être moins de «personnalité» que la plupart des assistants intelligents, mais grâce à la popularité d’Android, l’Assistant Google est bien présent dans le paysage digital. Android est, en effet, le logiciel de smartphone le plus populaire, car il est présent sur de nombreuses tablettes, mais aussi sur les Smart TV de Philips et de Sony.

Alexa, créé par les geeks d’Amazon, est aussi un assistant populaire. Jusqu’il y a peu, Alexa était bloqué en Belgique, mais depuis quelques mois, vous pouvez aussi converser avec lui. Il n’est pas intégré à des milliers d’appareils mobiles, à l’instar de Siri et de l’Assistant Google, mais l’assistant d’Amazon est tout de même arrivé à se faufiler un peu partout.

Enfin, il y a encore Cortana. Les gamers reconnaîtront ce nom, car cette intelligence artificielle est présente dans la saga des jeux à succès Halo, exclusivement disponibles sur les consoles Xbox. Ce nom est un clin d’œil de Microsoft, qui voulait donner un peu de personnalité à son assistant intelligent. Cortana est principalement présent sur les  PC et les ordinateurs portables fonctionnant avec Windows 10.

Que faut-il faire ?

En bref: il suffit de parler. Plus besoin de balayer l’écran, d’appuyer sur des touches, d’installer des apps ou de partir à la recherche d’une télécommande. L’idée derrière les assistants intelligents, c’est de pouvoir tout commander avec la voix. Mais il y a bien plus que la seule reconnaissance vocale. Une certaine forme d’intelligence est aussi présente et, grâce à celle-ci, vous ne devez pas constamment tout expliquer. Si vous demandez à l’Assistant Google: «Comment se présente la circulation vers mon lieu de travail ?», vous recevrez tout de suite une réponse qui tient compte des embouteillages.

Mieux encore: vous pouvez aussi commander des appareils d’autres marques à l’aide des assistants intelligents. Et, il s’agit de toutes sortes d’appareils intelligents: des lampes, des prises, des interrupteurs, des installations de musique, des téléviseurs, des portes de garage, des sonnettes… Les lampes Hue en constituent un bel exemple parce que l’entreprise conceptrice a investi beaucoup d’efforts pour les rendre compatibles avec Siri, Alexa et l’ Assistant Google.

En plein développement

Siri, Alexa et l’Assistant Google existent depuis quelques années déjà. Malgré cela on communique très peu à leur sujet. Et encore moins sur la manière de «télécommander d’autres appareils». C’est en partie dû au fait que les assistants sont encore en pleine phase de développement. La partie linguistique présente encore une marge de progression. En effet, Siri est le seul à comprendre nos trois langues nationales (français, néerlandais et allemand). Car l’Assistant Google et Alexa ne s’en tiennent qu’au français et à l’allemand (Google comprend dans certains cas le néerlandais. Par exemple, dans la voiture, avec Android Auto, mais ce n’est pas le cas de l’Assistant Google). L’anglais est cependant toujours d’usage.

L’Assistant Google

Étant donné que Google n’a pas vraiment mis l’Assistant Google en avant en Belgique – mais ce sera bientôt le cas – il faut vraiment faire preuve de créativité. Alors qu’en Wallonie, il est possible de l’utiliser immédiatement, les utilisateurs Flamands doivent lui parler anglais ou français. À condition, bien entendu, de régler leur appareil mobile dans la langue utilisée. Ce n’est qu’alors qu’ils peuvent activer et former l’Assistant Google dans l’app. Ensuite, il faut cliquer sur l’option «Que puis-je faire ?». Dans la liste qui s’affichera ensuite se trouve «Control Your Home». Il suffit alors d’y ajouter tous les appareils souhaités à l’aide du signe +.

Alexa et ses «skills»

Tout comme l’Assistant Google, l’Alexa d’Amazon crée aussi des ponts vers d’autres appareils. Ces ponts s’appellent dans ce cas des «skills» et ils doivent être sélectionnés et réglés sur alexa.amazon.com. Il faut, en outre, acquérir un appareil compatible avec Alexa, tel qu’un Sonos One, par exemple. Alexa est probablement le champion en matière de compatibilité avec des tiers. Outre toute sorte d’éclairages intelligents, vous pouvez l’utiliser pour commander vocalement des appareils Sonos, mais aussi des appareils AV. Ainsi, il est déjà possible de télécommander les récepteurs AV de Denon avec des commandes vocales. Et ce sera aussi bientôt le cas des appareils Yamaha.

Comment les utiliser ?

Au cours de ces derniers mois, de nombreuses enceintes intelligentes sont arrivées sur le marché et notamment lors du salon CES à Las Vegas. JBL, LG, Panasonic, Samsung, Sony ne sont que quelques-uns des grands noms qui y étaient présents. Les choses bougent donc beaucoup dans ce domaine. La tendance s’affiche donc clairement: la plupart des enceintes sont compatibles avec l’Assistant Google ou Alexa. Sonos propose l’offre la plus vaste en ce moment. Étant donné que seul le Sonos One est doté d’un microphone qui peut être utilisé à l’aide de commandes vocales, il vous permet aussi de commander d’autres enceintes Sonos. Provisoirement, Sonos est uniquement compatible avec Alexa, mais la marque a clairement annoncé que d’autres services utilisant les commandes vocales seront ajoutés sou peu.

En matière de musique, l’offre via Alexa est limitée. Vous pouvez écouter de la musique via Spotify ou choisir une chaîne de radio via TuneIn. L’Assistant Google est plus évolué à ce niveau, car il vous permet de choisir votre musique sur Spotify, Deezer, Google Play Music et même Apple Music. C’est très simple: il suffit de dire «Écouter David Bowie avec Spotify» pour entendre une liste de lecture avec des morceaux du «Thin White Duke». Vous pouvez également donner d’autres indications telles qu’«Écouter le dernier album des Killers», «Augmenter le volume», «Jouer» et «Pause».

Et Siri alors ?

Les fans d’Apple se demandent peut-être où Siri se situe dans cet univers. Nulle part, pour l’instant. Il n’y a pas d’enceintes d’autres marques qui fonctionnent avec Siri. Apple projette cependant de lancer le HomePod, une enceinte sans fil maison qui répond aux commandes vocales. L’enceinte sobre et design possède, en outre, d’autres fonctionnalités, telles que l’adaptation de la qualité du son en fonction de l’endroit d’une pièce où elle se trouve. Il sera aussi possible d’installer et de commander plusieurs HomePods chez vous. Il faut cependant attendre le lancement officiel de l’enceinte Apple.

Lire les commentaires () Masquer le commentaire ()